ANSES - Le Magazine

Numéro précédent
January 2024

Numéro 101 Articles périodiques publiés en 2024

Au sommaire

Articles

Article Bilan du diagnostic du botulisme bovin en laboratoire en France en 2022 : 35 foyers confirmés

Le botulisme est une maladie neuroparalytique due à l’action de la toxine botulique produite principalement par Clostridium botulinum. Anciennement classé en danger sanitaire de première catégorie, le botulisme fait actuellement partie de la liste provisoire des maladies d’intérêt national. Cette maladie peut entrainer de fortes mortalités et des pertes économiques importantes dans les élevages atteints. Le nombre annuel moyen de foyers de botulisme dans les élevages bovins en France confirmés en laboratoire sur la période 2009-2019 était de dix. En 2022, 35 foyers en élevage bovin ont été confirmés biologiquement. Une augmentation du nombre de foyers confirmés en laboratoire avait déjà été notée en 2020, confirmant une tendance à l’augmentation du nombre de foyers de botulisme bovin en France. Plusieurs hypothèses peuvent être émises pour expliquer cette augmentation et sont présentées dans cet article.

Article Émergence de la maladie hémorragique épizootique en France en 2023

Le virus de la maladie hémorragique épizootique (MHE) transmis par les culicoïdes représente une menace significative pour le cheptel bovin européen. Initialement identifié aux États-Unis en 1955, il s’est propagé à travers le monde, touchant plusieurs continents, y compris l’Europe pour la première fois en 2022. En 2021, une souche de sérotype 8 (EHDV-8) non décrite auparavant a été détectée en Tunisie, puis signalée en Sardaigne, en Sicile et en Andalousie majoritairement chez les bovins. Au cours de l’été 2023, le virus s’est rapidement répandu dans toute la péninsule ibérique, puis au sud de la France.

Au 27 mars 2024 soit un peu plus de cinq mois après les premières détections en France, plus de 4 000 foyers ont été signalés dans 20 départements, mettant en évidence la rapidité de la propagation du virus. L’émergence de la MHE en France en 2023 soulève des préoccupations majeures quant à ses conséquences potentielles sur les ruminants domestiques et la faune sauvage, et souligne l’importance d’une surveillance constante, de stratégies de prévention efficaces et d’une collaboration internationale.